Mulan en Chine, un rendez-vous manqué ?

Mulan rate sa cible en Chine… mais devient une cible de choix pour le piratage. ©2019 Disney Enterprises, Inc.

Boudé par une campagne de boycott médiatique, Mulan frôle le flop dans les salles chinoises. 

C’était LE territoire le plus prometteur pour le blockbuster adapté du dessin animé, mais avant tout librement inspiré d’un poème médiéval fondateur de la culture chinoise. Relégué à une diffusion en premium VOD dans la plupart des autres pays, Mulan devait trouver dans les salles de cinémas de l’Empire du Milieu – les premières à retrouver un semblant de normalité dans leur activité –, un accueil triomphal. 

Pour son premier week-end à l’affiche, la superproduction américaine à 200 millions de dollars de budget n’aura finalement recueilli que 23 millions de dollars de recettes. Un résultat à peine au-dessus du carton patriotique local The Eight Hundred et ses 21,7 millions amassés sur son 4e week-end à l’affiche – après un premier week-end à 100 millions de dollars –, tandis que Tenet clôturait humblement le podium avec 10,2 millions de dollars sur son second week-end. 

Les résultats décevants de Mulan sur le marché chinois sont, de prime abord, imputés à ses déboires médiatiques. Après le mouvement #BoycottMulan provoqué par le soutien de l’actrice Liu Yifei à la police de Hong-Kong face aux manifestants prodémocratie, une autre polémique a émergé. En effet, les prises de vues ont majoritairement eu lieu dans la Nouvelle-Zélande de sa réalisatrice Niki Caro mais aussi dans la région du Xinjiang en 2018, dont les autorités ont été dûment remerciées dans le générique de fin malgré leur implication dans la répression de la communauté ouïgoure. Et tandis que Disney était vilipendé à l’international pour complaisance envers le pouvoir du PCC, de son côté, Pékin adoptait la politique du black-out médiatique pour mettre fin à la controverse. 

À tout cela s’ajoutent deux autres revers pour les ambitions sur grand écran de la guerrière de Disney : Mulan a manqué sa cible – les spectateurs chinois n’ont en effet pas été convaincus par la vision occidentale de « leur » histoire –, tout en devenant la cible rêvée des pirates : quelques heures à peine après son lancement en PVOD sur Disney Plus le 4 septembre, le film était déjà en tête des téléchargements de nombreux sites pirates… Dans les salles chinoises, il devrait, selon l’institut Maoyan, se contenter d’un box-office de 40 millions de dollars au terme de ses aventures chinoises.