Les jeunes et la salle de cinéma, les grandes retrouvailles ?

"Cinéma Paradiso" ©Les Acacias

Dans le cadre des ses rencontres cannoises, le CNC a présenté sa nouvelle étude sur les tendances autour du public jeune et des salles de cinéma.

Depuis la réouverture du 19 mai, un certain optimisme parcourt les rangs de l’exploitation française : les jeunes spectateurs viennent au cinéma. Et les chiffres le confirment : ainsi, les moins de 25 ans représentent 40 % des entrées enregistrées sur la période contre 30 % en 2019. Dans son étude, le CNC indique que la principale raison du retour en salles avancée par ce public est l’expérience vécue avec des amis et/ou de la famille (44 % des répondants), suivie par la pratique d’un loisir en dehors de son domicile (43 %). Des résultats encourageant au regard de la tendance évoquée en amont de la réouverture où 65 % des 15/19 ans avaient fait part de leur intention de revenir au cinéma après la crise.

Il faut dire aussi que l’offre est là pour le public jeune. Après Demon Slayer dès la reprise, la forte proposition de films d’horreur et de comédies puis dorénavant de blockbusters américains ont alimenté cette dynamique. Reste maintenant la question de transformer un peu l’essai, en faisant en sorte que ce public ne se cantonne pas aux propositions mainstream  mais soit également orienté vers des œuvres plus originales. C’est notamment dans ce sens que le CNC a annoncé, aux rencontres AFCAE de Cannes, plusieurs mesures pour la reconquête du public jeune.

Si une vraie dynamique s’est enclenchée depuis la reprise – qui risque d’être coupée dans son élan avec la mise en place le 21 juillet du pass sanitaire avec une dérogation au 30 août pour les 12/17 ans –, les pratiques du public jeune en la salle sur la dernière décennie sont, on le sait, bien plus alarmantes. Le Centre note dans son étude que depuis 2014, les moins de 25 ans représentent une part plus faible du public que les seniors, pesant pour 32 % des entrées contre près de 50 % au début des années 1990. Sur la période 2010-2019, si le nombre de spectateurs a augmenté de 3,1 millions d’individus avec une stabilité des jeunes, concernant la fréquentation globale, passée de 207 millions à 213 millions de tickets, on observe une perte de 18,7 millions d’entrées chez les moins de 25 ans et une augmentation de 19,6 millions chez les plus de 50 ans. En dix ans, le rythme de fréquentation des 20/24 ans a, par exemple, été divisé par deux. Face aux mutations des usages numériques, et malgré les signaux positifs entrevus depuis le 19 mai, la reconquête du public jeune reste, plus que jamais, une priorité pour l’exploitation cinématographique.