La grande exploitation britannique demande une aide d’urgence face aux coûts énergétiques

©Vue International

Les dix plus grands circuits du Royaume-Uni ont interpellé le ministre des Finances et le secrétaire d’État chargé de l’énergie face à la pression grandissante liée à l’envolée des prix de l’énergie.

C’est un cri d’alarme qu’ont lancé conjointement Cineworld, Odeon, Vue International, National Amusements, Empire, Everyman Media Group, The Light, Reel, Merlin et Curzon. Dans un courrier adressé le 26 août dernier à des membres du gouvernement, les dix principaux exploitants britanniques ont alerté sur leur situation. « Alors que le secteur se remet encore des impacts de la pandémie, au cours de l’année dernière, nous avons vu les coûts énergétiques globaux augmenter de 160 % dans de nombreux cas. Sans intervention ou aide, nos factures d’énergie vont augmenter à des niveaux encore plus insoutenables, avec des impacts potentiellement énormes pour beaucoup de nos sites. »

Malgré une reprise positive, avec un box-office avoisinant 80 % des recettes pré-Covid, et un soutien financier accordé par le gouvernement pendant la pandémie – dont ont pourtant été exclus les principaux circuits à leur grand désarroi et à celui d’une partie de la profession –, les signataires de cette lettre estiment que, « sans une action significative pour relever ces défis, il y a une chance très réelle qu’une grande partie de cet effort aura été gaspillée, car nous n’aurons pas d’autre choix que d’envisager la fermeture des sites rendus non viables par la spirale des coûts salariaux, l’inflation et en particulier les factures d’énergie ».

Les dix circuits, qui salarient quelque 19 000 personnes, rappellent que cela pourrait mettre en péril de nombreux emplois. Ils avancent également que de telles décisions affecteraient les communautés locales, de nombreux quartiers risquant de perdre les avantages culturels, sociaux et économiques que procure un cinéma de proximité. 

Les News