La FNCF exprime sa colère et appelle à une illumination symbolique d’enseignes

Capture d'écran du spot de réouverture des salles ©FNCF

Dans la foulée des nombreuses réactions d’organisations professionnelles, la FNCF dénonce à son tour la décision gouvernementale « incompréhensible » de ne pas rouvrir les salles de cinéma.

« En effet, alors que le Premier ministre a reconnu hier encore que les cinémas disposent d’un protocole sanitaire éprouvé que garantissent le port du masque et la distanciation physique, que les cinémas n’ont jamais été à l’origine du moindre foyer épidémique et que, depuis 3 semaines, toute la communauté artistique et professionnelle du cinéma se prépare à cette réouverture — en travaillant et investissant dans cette perspective, le gouvernement décide au dernier moment de ne pas rouvrir les salles comme cela avait été annoncé », déplore la Fédération.

Alertant sur les difficultés économiques aux conséquences catastrophiques dans lesquelles cette décision plonge tous les acteurs de la filière, la FNCF appelle en outre le gouvernement à « être au rendez-vous pour aider financièrement la filière ». « Cette injustice est encore plus criante que les autres lieux ouverts ne disposent pas de protocoles sanitaires aussi stricts, et que les brassages de population, prétexte au maintien de la fermeture des cinémas, ne seront pas endigués par les mesures annoncées hier. Mais surtout, cette injustice frappe d’abord les Français marqués par la morosité ambiante et pour qui le cinéma est un des remèdes à leur mélancolie ! Cette décision qui révolte le monde de la culture ne correspond ni à la réalité sanitaire des cinémas, ni aux besoins culturels et de divertissement des Français. » 

À lire aussi : Les professionnels du cinéma réagissent à la prolongation de la fermeture des salles

En action symbolique, la Fédération appelle l’ensemble des salles du territoire à allumer leurs enseignes ce mardi 15 décembre de 17h à 18h, à l’heure où elles auraient dû rouvrir. « Elles pourront ainsi rappeler que, même fermées, elles sont présentes au cœur des villes et villages, qu’elles constituent un lien social et culturel essentiel à notre pays et qu’ainsi elles pourront donner rendez-vous aux spectateurs pour la prochaine réouverture. »