La CICAE se mobilise pour l’avenir des cinémas

logo CICAE

La confédération internationale des cinémas d’art et d’essai lance un appel à tous les États et à l’Union européenne pour soutenir les salles.

« Si des mesures immédiates efficaces ne sont pas mises en œuvre très vite, de nombreuses salles vont disparaître dans un proche avenir », prévient Christian Bräuer, président de la CICAE, dans un communiqué. « Nous sommes dépendants des aides d’État et avons besoin de programmes d’aide adaptés à la situation des lieux culturels, sans quoi nombre d’entre eux risquent de disparaître à jamais et la culture en paiera un lourd tribut. »

Concernant l’Union européenne en particulier, la CICAE demande que « les États membres  veillent à ce qu’au moins 4 % du Fonds européen de relance, d’un montant d’un milliard d’euros, soient consacrés aux industries culturelles et créatives, ce qui serait proportionnel à ce qu’ils représentent économiquement, soit 4,2 % du PIB de l’UE et 8,7 millions d’emplois ». D’une manière globale, la confédération souhaite que l’ensemble des pays apportent un soutien aux salles, à l’image du plan d’urgence et de relance dévoilé en France ou du programme Neustart Kultur en Allemagne. 

« Les cinémas ne se contentent pas d’apporter l’art cinématographique dans un quartier ; ils contribuent, par leur passion et leur engagement, à faire d’un film un phénomène. Des œuvres comme Parasite ou The Square n’auraient jamais été vues par autant de personnes si elles avaient été exclusivement exploitées en ligne, sans sortie en salle. Sans cela, nous perdrons aussi toute une forme d’art. Dans la plupart des pays, les cinémas art et essai sont à nouveau ouverts, et jouent pleinement leur rôle pour l’animation culturelle de leur commune ou leur quartier. Cependant, les exigences sanitaires pour la protection des spectateurs et le manque de films attendus du public compliquent leur activité. Ensemble, les cinémas art et essai sont essentiels, tant culturellement qu’économiquement, pour la diversité cinématographique et le maintien de films exigeants. »

Le principal objectif de l’ensemble de l’industrie cinématographique doit donc être d’assurer la survie économique du plus grand nombre possible d’acteurs du marché dans la crise actuelle. « Nous croyons profondément dans la salle de cinéma. Les autres médias continuent de se développer et de se diversifier mais le cinéma garde une force unique à l’heure du numérique : un lieu créateur de liens entre les gens », déclare Christian Bräuer. 

Les News