Giants of Exhibition 2021 : le classement des circuits américains

©Regal / Marcus / Cinemark / Cineplex

Fidèle à sa tradition qui remonte aux années 50, Boxoffice Pro US a dévoilé le classement 2020 des 50 premiers circuits d’exploitation d’Amérique du Nord. L’occasion de revenir, lors d’une live session en compagnie des représentants de quatre circuits leaders, sur l’année inclassable écoulée et la mobilisation et la détermination du secteur. 

Retrouvez le classement sur Boxoffice Pro US

« L’importance de la communication et le lien avec notre public » : telle est, pour Wanda Gierhart-Fearing, directrice marketing international de Cinemark comme tous les autres intervenants, la première leçon tirée de l’exercice 2020. Les multiples adaptations du protocole sanitaire et la modification du parcours client ont plus que jamais accéléré l’innovation et permis au circuit  « de perdre moins d’argent en étant ouvert plutôt qu’en restant fermé ». Des évolutions en matière d’expérience sans contact, de recherche de nouveaux contenus (reprises, e-gaming… voire même matchs de catch !), de mise en place de séances privées à grand succès : le circuit a pour l’heure organisé 150 000 séances « dont la moitié avec des films classiques que les spectateurs auraient pu voir gratuitement chez eux ! »

Pas étonnant selon Sara Moore, vice-présidente marketing du Cineplex canadien, premier gros circuit nord-américain à remettre l’ensemble de ses établissements en activité l’été dernier, qui estime que sur la période pandémique, « les spectateurs ont peut-être eu accès à beaucoup de contenus chez eux, mais pas à l’expérience cinéma ». Mais la responsable reste consciente, malgré son optimisme et sa confiance, qu’il demeure une différence entre réouverture et reprise.

Chez Marcus Theatres, la directrice marketing Ann Stadler souligne l’importance d’une  mobilisation rapide de l’exploitation pour donner un signal positif à la distribution. « Même si notre travail peut s’assimiler à un château de cartes qui s’écroule à chaque nouvelle mesure officielle ou report de film… » Côté Regal Cinemas, filiale de Cineworld, qui malgré le feu vert new yorkais a récemment déclaré attendre celui des salles de Los Angeles pour envisager une réouverture, la réserve est donc de mise : « Avec des directives différentes dans chaque État – celui du Texas ayant récemment changé l’horaire du couvre-feu trois fois dans la journée ! –, notre calcul financier actuel est qu’il est plus rentable de rester fermés », déclare Matt Eyre, le directeur d’exploitation du circuit.

Si l’ensemble des circuits ont beaucoup communiqué avec leurs bases d’abonnés et tirent régulièrement des enseignements de leur feedback, reste aussi l’enjeu de rassurer et de faire revenir les spectateurs les plus occasionnels ainsi que celui de marketer, non la sortie d’un film, mais la sortie au cinéma tout court. « Nous savons que les choses ne vont pas se passer au moment où on les attend », rappelle Sara Moore de Cineplex. « Mais quel que soit le défi, nous avons appris à être agiles et nous serons à la hauteur. »