Franck Riester : « Il faut au moins quatre semaines entre le moment où la décision de réouverture sera prise et le moment où elle sera effective »

Alors que le président de la République doit annoncer demain des mesures pour l’ensemble du secteur, le ministre de la Culture a évoqué la réouverture des salles de cinéma ce matin sur Europe 1.

Théâtres, salles de concert, cinémas : ce sont les oubliés du plan de déconfinement du gouvernement et il faudra attendre le 2 juin pour savoir si, ou quand, les établissements pourront rouvrir. Invité ce matin sur Europe 1, le ministre de la Culture a affirmé en premier lieu sa « volonté que les salles de cinéma rouvrent », tout en reconnaissant qu’elles ont besoin d’un délai « d’au moins quatre semaines entre le moment où la décision de réouverture sera prise et le moment où elle sera effective ».

Franck Riester sait aussi que la FNCF souhaite que que la réouverture se fasse simultanément sur l’ensemble du territoire, mais « le problème, c’est que le virus ne circule pas de la même façon partout en France, et nous devons discuter afin d’envisager une ouverture différée en fonction des territoires. »  Sur les conditions de sécurité sanitaire, le ministre indique aussi poursuivre les discussions avec les organisations professionnelles et syndicales. « Les décisions mettent en jeu à la fois la santé de nos compatriotes et l’avenir économique de la culture. Nous voulons rouvrir le plus vite possible mais ne le ferons pas sans prendre en compte la réalité de la situation sanitaire, ainsi que les besoins financiers des salles au moment de leur reprise d’activité. »

Et afin d’encourager le public à retourner dans les salles, le ministre déclare travailler sur un événement comme la Fête du cinéma à la rentrée, mais aussi un accompagnement financier pour les spectateurs. 

Demandes de la commission de la culture du Sénat

Il y a quelques jours, la commission de la culture du Sénat interpellait à nouveau le ministre sur la situation alarmante du secteur, réclamant des clarifications rapides, notamment pour les salles de cinéma et les “petits” festivals.
Dans son courrier du 30 avril, la présidente de la Commission, Catherine Morin-Desailly, déplorait en effet le manque de visibilité « compte tenu de la nécessaire anticipation pour la programmation dans ce secteur d’activité », soulignant que de nombreux acteurs culturels avaient  « besoin de clarifications rapides sur leur sort, non seulement des mois à venir, mais également de la nouvelle saison qui s’ouvrira à compter du mois de septembre ». 

Les sénateurs suggéraient aussi, dans ce courrier, de lancer une enquête auprès des Français permettant d’évaluer la reprise de la fréquentation. Car « rien ne serait pire pour nos établissements, nos artistes et la création en général, que vous avez à cœur de défendre, que de lever le rideau face à des salles désertes ».

Quant aux cinémas eux-mêmes, pour rappel, la FNCF travaille sur une réouverture des salles début juillet et prépare, avec son groupe opérationnel, un « guide métier afin de négocier les modalités de réouverture des cinémas avec les pouvoirs publics ».  

Les News