ESC Films collabore avec Shadowz pour sortir Terrifier 2 en salle

© DR

L’éditeur/distributeur et la plateforme ont acquis ensemble ce slasher vintage qui bouscule le box-office américain et dont la sortie française est prévue en fin d’année.

Spécialisé dans l’édition vidéo, ESC Films poursuit dans la distribution salle. Après le joli succès de The Sadness, lancé début juillet et qui tutoie les 50 000 entrées malgré une interdiction aux moins de 16 ans, la société s’associe à la plateforme de SVOD Shadowz pour accompagner Terrifier 2 de Damien Leone à partir du 28 décembre. « Cela faisait un moment que nous suivions ce film à la fan base affirmée, mais sortir une suite quand le premier volet n’avait pas bénéficié d’une exploitation en salle nous paraissait compliqué. C’est la performance au box-office américain qui nous a décidés », raconte Victor Lamoussiere d’ESC Films. Produit pour 250 000 $, Terrifier 2 a en effet récolté plus de 8 M$ de recettes depuis sa sortie le 6 octobre dans les salles américaines. « Shadowz a aussi eu un coup de cœur, nous sommes tous les deux sur le créneau du cinéma de genre avec des supports différents. Le film étant un pari, nous avons décidé de l’acquérir ensemble pour limiter les risques. »

Concrètement, ESC Films va gérer la sortie salle – notamment la programmation en renouvelant la collaboration avec Marie Demart, déjà impliquée pour The Sadness – et la sortie physique – avec un coffret collector inédit rassemblant les deux films Terrifier –, « en lien étroit avec Shadowz, qui sera concerté sur toutes les décisions » ; la plateforme pilotera ensuite l’exploitation télé et digitale du slasher. Dépenses et recettes sont partagées à parts égales entre les deux entités. « Dès l’acquisition, le souhait était de le sortir le plus rapidement possible, pour limiter en partie le piratage. Mais le volet administratif (demande de visa, classification) et le travail sur une version française prennent du temps et le 28 décembre était donc la première date possible. Il reste de la place sur cette semaine de vacances où nous serons une vraie contre-programmation. »

La campagne va s’intensifier au fur et à mesure, principalement sur les réseaux sociaux, plus propices à capter et faire réagir la communauté de fans. « Nous voulons cultiver l’esprit slasher old school, en reprenant des codes des films des années 80 avec les Freddy et autre Michael Myers », poursuit Victor Lamoussiere. Si un film annonce en VO tourne depuis plusieurs semaines, une réflexion est en cours pour le conserver en l’état ou le réduire, tandis que de l’affichage physique n’est, pour l’heure, pas à l’ordre du jour. « Une structure comme la nôtre se doit de rester prudente et intelligente s’agissant des dépenses, en activant des leviers qui vont être efficaces, comme les réseaux sur ce type de films. »

Outre cette deuxième sortie cinéma, ESC Films va annoncer dans les prochaines semaines un troisième film qu’elle destine à la salle : un film coréen « très violent », passé par L’Étrange Festival et qui devrait être sélectionné au Paris International Fantastic Film Festival. « Si notre activité principale reste l’édition vidéo, nous souhaitons développer le volet distribution avec des films étranges, qui bousculent. De mon point de vue, l’expérience cinéma ne passe pas seulement par la technologie, mais aussi par des films, notamment ceux que l’on voyait moins ces derniers temps. Dans un contexte où le marché reste compliqué, le public répond présent pour ce genre de propositions. »

Les News