En attendant Avatar 2 : se (re)préparer à la 3D… et au-delà ? [1/2]

Avatar 2 ©Walt Disney Company

Si le premier Avatar a été LE film de l’avènement de la 3D en 2009, et un accélérateur de la transition numérique des salles, le 2e opus sera-t-il celui du retour à la 3D et par extension, une ouverture vers d’autres technologies ? Partie 1 avec Fréderic Monnereau, directeur de la distribution chez Disney France.

En 2009, la sortie d’Avatar, alors distribué par la Fox, a lancé la 3D et révolutionné l’expérience salle. Sur les 14,8 millions d’entrées françaises, 80 % avaient été réalisées en 3D. L’arrivée d’Avatar : La voie de l’eau, cette fois sorti par The Walt Disney Company le 14 décembre prochain, devrait relancer l’intérêt pour la stéréoscopie, qui en 13 ans a progressivement été boudée par le public. On estime en effet que de façon générale, les revenus des séances 3D ont dégringolé de 70 % en 2019 par rapport à 2010. En 2021, d’après le bilan du CNC, neuf films seulement ont été exploités en 3D, sur les 455 inédits sortis en salles. Les projections 3D ont représenté 6,2 % des entrées (mais 11,4 % des recettes) des films concernés, sauf dans les circuits, pour lesquels « la 3D représente 30% des entrées », estime Loran Abadie de RealD, notamment quand elle est associée aux différents formats premium qui se sont multipliés ces dernières années. 

Mais si plus d’une centaine de cinémas en France dispose d’une salle immersive ou dynamique, cela ne représente environ que 5 % des établissements. Et le nouveau film de James Cameron, suite du plus gros carton de tous les temps et qui s’annonce à nouveau comme une expérience hors-norme, est attendu comme le messie dans tous les cinémas, salle premium ou pas.

« Le film sera disponible en 2D et en 3D dans une version standard, répondant aux normes techniques de base de toutes les salles », a indiqué Disney aux exploitants. Mais bien sûr, face à la démarche d’excellence de son réalisateur, Avatar 2 « sera aussi disponible dans des versions faisant appel aux dernières évolutions techniques en termes de projection : le 4K, le HFR, et une luminosité supérieure à 3.5 Foot-Lambert pour la 3D ». Le distributeur invite ainsi les salles équipées de cabines correspondant à ces caractéristiques à lui envoyer un formulaire avant le 22 août. 

On peut donc imaginer qu’Avatar 2 sera le film qui va sortir sur le plus grand nombre de formats possibles. Et mieux qu’un formulaire, Disney prépare une grande répétition générale… avec la réédition du premier Avatar le 21 septembre.

Une réédition d’Avatar 1 sur deux semaines 

« L’objectif de la ressortie du premier Avatar est de reconnecter le public avec Pandora et l’univers incroyable du film, via une expérience unique en salles », indique Frédéric Monnereau, directeur de la distribution chez Disney France. Tout en restant encore discret sur les détails techniques, « l’idée est de faire une exploitation pendant deux semaines, afin de créer un événement proposant les meilleures conditions possibles, pour mettre en avant la salle de cinéma. Depuis 2009, il y a eu de gros progrès technologiques et l’objectif aujourd’hui est de faire profiter les spectateurs de ces progrès, tels que les formats Dolby, Ice ou Imax ». Pour autant, le distributeur confirme qu’il y aura aussi de la 3D “simple” et de la 2D, « mais liée à un équipement particulier, en fonction des informations que nous aurons recueillies auprès des exploitants pour leur proposer les meilleures versions adaptées à leur configuration. »  C’est la première fois qu’un distributeur va déployer autant de formats pour une ressortie, sur 300 à 400 écrans. Et pour Frédéric Monnereau, « cela nous permettra de faire un état des lieux du parc français en matière de son, de projection et de HFR… et de préparer la sortie d’Avatar : La voie de l’eau en décembre ». 

À lire aussi | En attendant Avatar 2 : se (re)préparer à la 3D… et au-delà ? [2/2]

Les News