Bilan 2018 : la vitalité du cinéma français se confirme

Le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) a dévoilé ce matin son bilan chiffré, preuve de la bonne santé du cinéma français.

201,1 millions d’entrées ont été enregistrées l’an passé dans les salles françaises. Un cumul final qui vient rehausser l’estimation publiée depuis plusieurs mois de 200,9 millions, mais en deçà des 209,7 millions réalisés en 2017.

Les longs métrages pèsent 98 % des entrées, le hors film 0,4 % à 800 000 billets avec un trio Les fourberies de Scapin, Burn The Stage : The Movie et Le plus grand show du monde. Les films français représentent 77,8 millions d’entrées avec 11 titres millionnaires, tandis que 27 films américains ont dépassé le million. À noter que 16,8 % des entrées sont réalisées par des œuvres en VOST. Au total, 209,7 millions d’entrées ont été récoltées en France, prenant en compte le nombre d’entrées payantes en métropoles (201,1 millions), dans les DOM (3,7 millions), et les entrées gratuites (4,8 millions).

Dans son bilan, le CNC insiste également sur l’évolution des longs métrages réalisés ou coréalisés par une femme : +53 % en 10 ans, passant de 49 en 2009 à 75 l’an passé.

Majoritairement féminin (51,9 %), le public cinéma concerne 2 Français sur 3, soit 41 millions d’individus. Les moins de 25 ans représentent 33,1 % des spectateurs et les 50 ans et plus 32,8 %. Chaque spectateur s’est rendu, en moyenne, 4,9 fois dans les salles pendant l’année 2018 (comme en 2017).

Par ailleurs, les ventes de vidéos dématérialisées (60 %) sont devenues majoritaires par rapport à la vidéo physique (40 %). En 2 ans, le marché de la VàDA, tiré par les plateformes numériques, a presque quadruplé (+246 %).

Une exploitation française unique

Du côté salle, les exploitants ont programmé 8,4 millions de séances, soit plus de 23 000 par jour, en hausse de 3,5 % sur un an et de 26 % sur 10 ans. Sur 8 093 films projetés (+1,9 % comparé à 2017), 4 542 sont Art et Essai (-0,2) et 684 inédits (-1,3). Parmi ces derniers, 215 drames, 127 documentaires, 85 comédies et 36 films d’animation. Le CNC note qu’en moyenne un film inédit sort sur 146 écrans, une œuvre française en première semaine sur 133 copies et américaine sur 276.

À propos de l’évolution du parc de salles, le Centre décrit deux tendances : si le nombre de sites a reculé de 4,7 % depuis 1996 (passant de 2 141 à 2 040), le total d’écrans est en croissance de 32,3 % (4 520 à 5 981 en 2018). Conséquence : le parc compile une moyenne de 552 sièges par établissement.

Plus de la moitié des cinémas sont des mono écrans (1 146 sites) tandis que 59 % des entrées ont été réalisées par des multiplexes. En moyenne l’an passé, 33 620 entrées ont été totalisées par un écran, 98 570 par un établissement et 523 608 par un multiplexe. Avec 9,2 écrans pour 100 000 habitants, l’exploitation française reste la plus dense d’Europe, devant l’Italie (8,7) et l’Espagne (7,7).

20172018Évolution
Nombre d’établissements2 0462 040-0,3 %
Nombre d’écrans5 9135 981+1,2 %
Nombres de fauteuils1 118 9161 125 998+0,6 %
Nombre de multiplexes219226+3,2 %
Poids des multiplexes (% entrées)60,158,8-2,1 %

Les News