Au Royaume-Uni, Wonder Woman 1984 se contente d’un mois d’exclusivité salle

©Warner

Le film de Patty Jenkins devrait ensuite être proposé en vidéo à la demande premium sur Sky, d’après Variety.

C’est le blockbuster américain qui fait le plus parler de lui en ce moment. Fin novembre, l’industrie apprenait avec surprise la sortie à Noël de Wonder Woman 1984 simultanément en salles et sur HBO Max aux États-Unis, tout en conservant un lancement mondial au cinéma dans les pays privés du service de streaming de Warner. Ce mercredi 2 décembre, c’est le quotidien Variety qui révèle que le film de Patty Jenkins bénéficiera d’une sortie inédite au Royaume-Uni. Le 16 décembre, la suite de Wonder Woman sera distribuée dans les salles anglaises et pourrait, au bout d’un mois d’exploitation, être proposée en PVOD sur Sky, opérateur de télévision payante. Variety précise que cet accord n’a été confirmé par aucune des deux parties et que le flou persiste autour du la forme de diffusion, évoquant une disponibilité sur Sky Store en VOD transactionnelle puis sur Sky Cinema. À noter que cette chaîne est également accessible en Irlande, en Allemagne, en Autriche et en Italie, bien qu’il soit pour l’heure impossible d’affirmer que le film sera proposé via ce service dans ces territoires.

Cette nouvelle est une première dans l’exploitation cinématographique britannique et témoigne d’une flexibilité inédite de la part des cinémas locaux qui souhaitent toutefois, d’après Variety, que ce cas reste une exception. La fenêtre de diffusion en salles est d’ordinaire de 16 semaines, aucune législation ne régissant la chronologie des médias outre-Manche. L’exclusivité salle de Wonder Woman 1984 limitée à un mois marque donc un vrai changement, d’autant plus que le premier opus, sorti en 2017, était resté à l’affiche des salles britanniques pendant 30 semaines, récoltant plus de 28 millions de dollars de recettes. Pour Variety, la situation des cinémas au Royaume-Uni a été un facteur déterminant pour Warner : l’Angleterre est revenue à un système de déconfinement sur trois niveaux. Les villes de niveau 1 et 2 peuvent reprendre leurs activités (Liverpool entres autres), contrairement à celles de niveau 3 (Manchester, Birmingham), laissant fermées de nombreuses salles. Ainsi, Cineworld, premier exploitant du pays, n’a toujours pas rouvert ses établissements, tandis qu’Odeon, filiale d’AMC, va rouvrir quelques sites dès le 4 décembre, suivi le 11 décembre par Vue, qui a prévu de remettre en activité 30 de ses 91 cinémas implantés en Angleterre et en Irlande.