AMC Theatres retrouve l’appétit

©AMC

Le circuit leader de l’exploitation mondiale a augmenté son chiffre d’affaires du deuxième trimestre 2022 de 162 % et sa fréquentation de 168 % par rapport à la même période l’année précédente. 

1,166 milliard de dollar de chiffre d’affaires comptabilisés à fin juin, contre 444,7 millions au deuxième trimestre 2021 : le CEO Adam Aron a de quoi être de bonne humeur, d’autant plus qu’il peut aussi citer un flux de trésorerie d’exploitation positif de 52 millions de dollars (en augmentation de 178,8 millions par rapport au deuxième trimestre de 2021) ainsi que, bien entendu les 59 millions de spectateurs accueillis à travers le monde (contre 22 millions au deuxième trimestre 2021). 

Des résultats qui prouvent une fois de plus, selon le dirigeant, « que lorsque Hollywood sort des films qui plaisent à un large public, les gens se pressent pour les voir dans les salles.  Donc, nous aimerions remercier le docteur Stephen Strange, Tom « Maverick » Cruise, Elvis Presley, et tous ces dinosaures jurassiques affamés et mangeurs d’hommes qui ont honoré nos écrans au cours du trimestre ».

Au-delà du box-office, Adam Aron salue aussi les performances de l’activité, à forte marge, de restauration, décrivant des paniers moyens en augmentation de 21,5 % à l’international et de 34,8 % dans les AMC des États-Unis, où ils sont passés de 5,58 $ avant-pandémie à 7,52 $ sur le second trimestre de l’année (+34,8 %). Sur le mois de juillet 2022 qui vient de s’achever – et qui a offert aux AMC américains leur meilleure fréquentation depuis décembre 2019 –, la firme estime avoir réalisé ses meilleures recettes confiserie de ses 102 ans d’histoire. 

Malgré l’amélioration de ses résultats, le circuit note toutefois qu’il est affecté par la volatilité des actions de la Hycroft Mining Company dont il a acquis des parts mi-mars dernier. « Nous continuons à croire fermement en la valeur de notre investissement de 28 millions de dollars », déclare Adam Aron en rappelant que la société d’exploitation minière s’apprête à entreprendre son grand programme d’exploration par forage depuis près de dix ans.

S’il n’élude pas la « pénurie de nouveaux grands films qui sortent en août et en septembre qui va ralentir l’activité durant plusieurs semaines », le PDG anticipe une amélioration significative à partir du dernier trimestre de l’année et en 2023. « Selon nos prévisions internes actuelles, le box-office domestique de 2023, la mesure de base suggérant la santé de l’exploitation cinématographique aux États-Unis et dans le monde, sera supérieur de plusieurs milliards de dollars à celui de 2022. »