Un multiplexe au cœur de Reims : l’Opéraims est ouvert !

©Adrien Lebouvier

Art déco et art et essai, technologie et convivialité : après un long chantier compliqué, le cinéma de 11 salles rêvé par Jean-Fabrice Reynaud a ouvert le 11 septembre.

Attendu au printemps, annoncé cet été, c’est finalement en cette rentrée de septembre que l’Opéraims accueille ses premiers spectateurs, après que l’Opéra, cinéma historique du centre-ville de Reims, a fermé dimanche dernier. Son exploitant, Jean-Fabrice Reynaud, rêvait depuis longtemps de se redéployer sur la ville, pour maintenir l’offre art et essai tout en ouvrant sur une programmation plus généraliste et en proposant des équipements modernes.

Le grand hall de 300 m² arbore un style « art déco » (©Adrien Lebouvier)

Un chantier… multiplexe

En concertation avec les élus locaux, il reprend donc l’ancien Gaumont de la place d’Erlon, qui a fermé en 2016. Jean-Fabrice Reynaud entreprend une restructuration complète et titanesque, pour le transformer en établissement de 11 salles, tout en conservant la façade d’époque. Ce qui, dans une zone piétonne en plein centre-ville, représente un chantier particulièrement complexe… pour ne pas dire multiplexe. Contraintes, surcoûts, retards et reports… mais le résultat valait la peine d’attendre.

Car l’Opéraims offre à la fois tout le confort que l’on peut attendre aujourd’hui tout en valorisant sa richesse patrimoniale. Le grand hall de 300 m², avec ses fauteuils bleus et son style art déco, tranche avec le look de la plupart des multiplexes implantés en zone commerciale, mais les installations techniques n’ont rien à leur envier. Les salles sont équipées des dernières technologies, notamment en matière de son (DTS X pour l’une et Atmos pour deux autres), la plus grande offrant un écran de 16 m de base. La capacité des 11 salles varie entre 55 et 445 fauteuils, pour un total de plus de 1 500 places.

Les salles sont équipées des dernières technologies, notamment en matière de son (©Adrien Lebouvier)

Réunir tous les publics

Programmé par GPCI et dirigé par Stéphane Rezki, l’Opéraims sera l’un des rares multiplexes indépendants de centre-ville à proposer autant d’art et essai que de cinéma grand public. V.O., animations, dispositifs d’éducation à l’image : le travail qui se faisait à l’Opéra sera poursuivi aux côtés des derniers blockbusters. Et pour fidéliser tous les publics, l’Opéraims propose aussi bien un service de réservation en ligne qu’une formule d’abonnement attractive (carte non nominative de 5 places à 27,5 €). Avec pour objectif 400 à 500 000 entrées annuelles.

Les News