Tolo Tolo, le variant italien de 2020

Tolo Tolo Checco Zalone

Si le box-office 2020 a chuté comme ailleurs en Italie, il affiche la bonne santé du cinéma national. Et surtout le succès du phénomène Checco Zalone avec son film Tolo Tolo et ses 6,7 millions d’entrées… réalisées avant la crise.

Plus encore que dans n’importe quel autre pays de l’UE, ce sont les productions ou coproductions nationales qui s’en sont le mieux tirées l’an dernier chez nos voisins transalpins, représentant plus de la moitié des films distribués, pour une part de marché de 56,56 %. Certes, avec 28 millions d’entrées au total en 2020, la fréquentation des salles italiennes a plongé elle aussi de 71 % par rapport à 2019. Et l’arrivée de la pandémie a été d’autant plus cruelle que l’année commençait très fort (en hausse de 20 % fin février), avec notamment le triomphe de Tolo Tolo, sorti le 1er janvier par Medusa Films sur 1 295 copies… pour un parc qui compte envrion 1300 cinémas (3660 salles). 

Le premier film réalisé par l’acteur-musicien-humoriste Checco Zalone – de son vrai nom Luca Medici – est en effet le plus gros carton de l’année avec près de 6,7 millions d’entrées (et 46,2 millions d’euros de recettes) réalisées avant le 8 mars 2020, date de la première fermeture des salles sur tout le territoire – certaines régions ayant fermé dès le 24 février. Mieux, Tolo Tolo est aussi le troisième meilleur résultat du cinéma italien en général, et le meilleur démarrage jamais enregistré. 

Inconnu chez nous, sauf pour les habitués du Festival italien de Villerupt, Checco Zalone n’en est pourtant pas à ses débuts. Il est devenu un phénomène dans les années 2010, en créant un personnage naïvement réac – voire néo-fasciste comme dans Tolo Tolo – et en bombardant la comédie italienne d’un humour très politiquement incorrect. Après quatre films dirigés par Gennaro Nunziante (Cado dalle nubi, 2009 – Che bella giornata, 2011 – Sole a catinelle, 2013 – Quo vado ?, 2016), Checco Zalone est passé lui-même derrière la caméra pour réaliser Tolo Tolo, dans lequel il incarne un restaurateur endetté qui part se planquer en Afrique, d’où il doit ensuite émigrer en Europe en compagnie de réfugiés. Au total, les cinq films qu’il a interprétés ont généré plus de deux cents millions d’euros de recettes dans le pays. 

Mais Tolo Tolo n’est pas le seul succès italien de 2020 : à la deuxième place du box office de l’année, il est suivi par Me contro Te : Il film – La Vendetta del Signor S et son 1,6 million d’entrées (pour 9,5 millions d’euros), sorti le 17 janvier par Warner Italie, qui met en scène un couple de youtubeurs siciliens très populaire auprès des enfants. Arrive ensuite Odio l’estate (Je déteste l’été), sixième collaboration du réalisateur Massimo Venier avec le trio comique Aldo Baglio, Giovanni Storti, Giacomo Poretti, distribué lui aussi par Medusa Films le 30 janvier, qui a conquis 1,1 million de spectateurs (7,5 millions d’euros). Tenet n’arrive qu’en 4e position avec 6,7 millions d’euros pour 958 000 billets vendus, alors que 1917, avec son million d’entrées, ne rapporte « que » 6,6 millions d’euros de recettes… et se retrouve 5e au box office.


*Le festival de la petite ville lorraine propose chaque année un très large panorama de la production italienne, des plus grands auteurs aux films les plus populaires, dont, en 2020, Tolo Tolo et Odio l’estate.

Les News