Sans sélection pour Cannes, la Quinzaine réfléchit à soutenir certains films pour leur sortie

© Quinzaine des Réalisateurs/Thomas Smith

Alors que la Semaine de la Critique et l’ACID ont choisi d’annoncer une sélection de films le 4 juin prochain, la Quinzaine des Réalisateurs pourrait soutenir certains films au moment de leur sortie.

Paolo Moretti, délégué général de la Quinzaine, confirme que la section cannoise ne suivra pas le même chemin que ses consœurs « parallèles », qui dévoileront une sélection ce jeudi 4 juin, au lendemain de la liste officielle recevant le Label Cannes 2020 que présentera le Festival. « Nous n’annoncerons pas de sélection classique mais réfléchissons plutôt à travailler avec un nombre réduit de films en vue de leur sortie en salles. Nous pourrions nous intégrer à leur stratégie de communication et agir comme un partenaire média, en espérant que notre soutien puisse contribuer à attirer l’attention des médias et du public au moment de leur sortie. Ce sera une réflexion que nous mènerons avec les ayant-droits au cas par cas. », explique celui qui pris les rennes de la section l’an passé.

Combien de films pourront bénéficier de ce soutien ? Difficile de s’avancer pour Paolo Moretti, car nombre d’entre eux « n’ont pas encore défini leur stratégie de sortie ». Mais les échanges se poursuivent au sujet des œuvres qui étaient concernées par le processus de sélection pour Cannes 2020 et qui devraient sortir entre cet été et le printemps prochain. « Nous avons envoyé une lettre à ceux avec lesquels les discussions étaient les plus avancées pour leur indiquer que leurs films étaient dans notre short-list. Nous tenions avant tout à témoigner notre reconnaissance et appréciation aux cinéastes, aux producteurs, aux distributeurs et aux vendeurs qui nous ont proposé leurs films. » Le délégué général précise que « une partie de films que nous avons particulièrement aimé ont décidé d’attendre 2021 donc notre démarche n’est pas à interpréter comme une sélection de la Quinzaine 2020 ».

Loin d’être un « renoncement », cette voie empruntée entend montrer que « (nous allons) faire tout notre possible pour soutenir les films dans un contexte particulièrement difficile. Certains auront une vie lors des festivals d’automne et d’autres non : nous sommes en contact avec tous et nous essayons de les accompagner et de contribuer à leur réflexion : la Quinzaine est à leurs côtés. ».