Quels films pour la semaine de réouverture ?

Entre les films qui viennent d’être confirmés pour une sortie nationale dès le 22 ou le 24 juin, et tous ceux dont la carrière a été stoppée net par le virus, on peut déjà annoncer un programme pour la première semaine… au cinéma !

Dans le feu de l’annonce de la réouverture des salles, certains films initialement prévus en mars et avril se repositionnent sans attendre. Filles de joie (KMBO) de Frédéric Fonteyne et Anne Paulicevich, porté par un trio d’actrices explosives et initialement prévu le 18 mars, sort dès le lundi 22. C’est aussi le cas de L’Ombre de Staline (Condor) d’Agnieszka Holland avec James Norton, du frissonnant The Demon Inside (Alba), du film d’animation coréen Nous, les chiens (Les Bookmakers/The Jokers), de la réédition de Elephant Man de David Lynch (Carlotta) et du documentaire sur la première femme cinéaste de l’histoire, Be Natural, l’histoire cachée d’Alice Guy-Blaché (Splendor). Pour le mercredi 24, arrivent Benni (Ad Vitam) de l’Allemande Nora Fingscheidt, Jeunesse sauvage (Fratel), premier long métrage de Frédéric Carpentier, Midnight Runner (Tamasa) du Suisse Hannes Baumgartner, ainsi que la 1re partie, avec six films, de la rétrospective Bo Widerberg (Malavida). 
Bien sûr, cette semaine test va permettre de retrouver les films qui venaient de sortir au moment de la fermeture des salles, en particulier ceux qui ont connu un arrêt brutal après quatre jours à l’affiche.

Les films du 11 mars…
Ainsi, La Bonne Épouse de Martin Provost, la comédie que Memento avait fait le pari de sortir malgré l’avancée de l’épidémie le 11 mars, sera disponible dès le 22 juin. Le film, qui avait déjà rassemblé 170 000 spectateurs, « s’annonçait comme un vrai succès public, au regard de l’engouement des exploitants, des journalistes et des premiers spectateurs », rappelle Alexandre Mallet-Guy, dirigeant de Memento Films Distribution, qui indique que toute l’équipe du film soutiendra activement son retour sur grand écran.
Autre film dont l’exploitation a été stoppée net, Un fils de Mehdi Barsaoui, avec un immense Sami Bouajila, que Jour2Fête venait de déployer sur 129 copies. « Au terme d’une stratégie de communication de six mois, d’une centaine d’avant-premières très remplies – dont celles du Festival Télérama — , le film était promis à un joli succès, avec déjà 21 000 spectateurs », nous confiait Étienne Ollagnier en mars dernier. 
Pour voyager, il ne faudra pas oublier Kongo (Pyramide), docu hallucinant sur un guérisseur africain, et Trois étés de Sandra Kogut (Paname), portrait décapant – et drôle ! – de la société brésilienne, ou Une sirène à Paris (Sony) plongée fantastique et romantique dans la capitale, sortis eux aussi le 11 mars. Et si certains distributeurs ont fait le choix d’une sortie VOD anticipée, Radioactive (StudioCanal) ou Vivarium (Les Bookmakers/The Jokers) peuvent bien entendu reprendre vie en salle.

…et ceux du 4 mars
Inutile de rappeler que De Gaulle (Snd), sorti le 4 mars, a encore de beaux jours devant lui, tout comme En avant ! (Disney), Papi-Sitter (Gaumont) ou Woman (Apollo), même s’ils sont désormais disponibles en vidéo à l’acte. Mais on peut donner aussi toute leur chance sur grand écran à La Communion (Bodega), en lice aux Oscars en février dernier, Oskar et Lily (Losange), Thee Wreckers Tetralogy – Un trip rock de Rosto (Autour de minuit), Si c’était de l’amour (Norte) ou Where is Jimi Hendrix? (Les Valseurs)… pour ne citer qu’eux.