Projets de sorties salle-VOD simultanées : Universal déclenche la colère de l’exploitation américaine

La sortie de Trolls 2 : Tournée mondiale, était initialement prévue au 1er avril 2020 dans les salles françaises.

« Dès que les salles rouvriront, nous pourrons envisager de sortir les films sur les deux formats. »  Voici les paroles de Jeff Shell, CEO de NBCUniversal, qui ont fait vivement réagir AMC Theaters et Cineworld, tout comme la NATO et l’UNIC. 

Dans le Wall Street Journal de ce 28 avril, le studio se félicitait des résultats de Trolls 2 : Tournée mondiale, qui a rapporté 95 millions de dollars en trois semaines d’exploitation premium VOD (PVOD). « Cette performance est révélatrice du fait que des centaines de millions de personnes isolées dans leurs maisons sont à la recherche de divertissement, pas d’un changement dans les préférences de visionnage des films grand public », a déclaré la NATO, l’association des exploitants américains. « Il n’est pas surprenant que les personnes confinées pendant des semaines avec des options de divertissement de plus en plus limitées profitent de la sortie direct-to-VOD du film pour divertir les enfants, même à un prix élevé. » Pour rappel, la transaction PVOD des Trolls 2 s’élève à 20 dollars pour une location de 48 heures.

La menace du troll

AMC Theaters, leader mondial de l’exploitation, considère l’intention unilatérale de sortir des films simultanément en salle et en VOD comme une rupture « catégoriquement inacceptable » du business model . Le circuit a même annoncé dans son communiqué qu’il ne diffuserait plus de films Universal dans ses cinémas à travers le monde (dont en Europe et au Moyen-Orient). La décision, qui concerne tous les films du studio, « n’est pas une menace creuse ou irréfléchie » pour le géant de l’exploitation, ni ne vise uniquement Universal. « Elle s’étend également à tous ceux qui abandonneraient unilatéralement les pratiques actuelles de chronologie des médias, en l’absence de négociations de bonne foi ».

« Universal n’a aucune raison d’utiliser ces circonstances exceptionnelles comme tremplin pour contourner les véritables sorties salles », a de son côté déclaré le président de la NATO John Fithian. L’association des exploitants américains souligne par ailleurs que les résultats PVOD satisfaisants de Trolls 2, qui avait été fortement marketé comme une sortie salles, ne doivent pas être interprétés comme « le signe d’une “nouvelle norme” pour Hollywood ».

Dialogue brouillé

Face à ces réactions, un porte-parole d’Universal a défendu le choix de la sortie PVOD de Trolls 2 tout en cherchant à renouer le dialogue : « Notre désir a toujours été de fournir efficacement du divertissement à un public aussi large que possible. Nous croyons absolument à l’expérience salle et n’avons fait aucune déclaration contraire. » Mais le studio maintient son idée de sortir ses futurs films dans les salles de cinéma en même temps qu’en PVOD, « lorsque ce débouché de distribution aura un sens. Nous sommes impatients d’avoir des conversations directes supplémentaires avec nos partenaires de l’exploitation, mais sommes déçus par cette apparente tentative coordonnée d’AMC et de la NATO de brouiller notre position et nos actions ».

Une accusation que l’association des exploitants américains, qui nie toute coordination avec le circuit AMC, vient de réfuter dans un nouveau communiqué, dénonçant  « la tendance destructrice » d’Universal à « annoncer des décisions affectant ses partenaires exploitants sans réellement les consulter, et maintenant à porter des accusations infondées ». 


[Mise à jour du 29 avril à 16h] L’Union internationale des cinémas vient à son tour de prendre la parole. « Lorsqu’un tiers de la population mondiale est actuellement sous une forme quelconque de verrouillage du coronavirus et que seulement 4 % des écrans de cinéma dans le monde sont ouverts, il n’est pas surprenant que beaucoup se soient tournés vers la VOD et d’autres services similaires. » Pour l’UNIC, les performances en premium VOD de Trolls 2 tiennent par ailleurs tant à sa commercialisation initiale en tant que sortie salle qu’au fait qu’il est l’une des seules exclusivités pour enfants à arriver sur le marché en cette période, « ce qui le rend –  même à un prix élevé – attrayant pour de nombreuses familles confinées ». Rappelant que 2019 a été une année record pour les cinémas du monde entier, l’Union appelle les professionnels de l’industrie à « s’abstenir de modifier à la hâte les pratiques clés visant des gains à court terme » et à créer « les meilleures conditions pour que l’ensemble du secteur se rétablisse dès que possible ».


[Mise à jour du 29 avril à 23h] C’est au tour du groupe britannique, Cineworld, 2e plus gros circuit mondial et propriétaire de Regal Entertainment aux États-Unis, de réagir vivement – dans un communiqué à Deadline – et de qualifier la sortie de Trolls 2 « d’absolument inappropriée, étrangère à toute bonne pratique commerciale basée sur le partenariat et la transparence ». Le groupe réaffirme sa politique volontairement respectueuse de la chronologie, « fondement de nos relations commerciales avec les distributeurs » . Dans ce cadre, Cineworld promet de ne proposer aucun « film qui ne respecterait pas la chronologie des médias, cela n’ayant aucune logique économique pour nous » ; déclaration nuancée au regard de celle d’AMC qui envisage un blocage total de tous les films du distributeur.

« Nous avons pleine confiance dans l’actuel modèle économique de l’industrie. Nul ne devrait oublier que l’exploitation cinématographique a généré un revenu record de 42 milliards de dollars l’année passée et que la part distributeur s’est élevée à 20 milliards », conclut le communiqué de Cineworld.

Les News