Pathé Films : 6 villes en live

Le Chant du loup ©Pathé

Pour la 3e édition de sa convention annuelle, Pathé a une nouvelle fois vu les choses en grand. Comme en 2017, outre la présence physique des intervenants au Pathé La Villette (Paris), venus présenter images exclusives, films et line-up, l’évènement était retransmis simultanément dans 5 villes de l’Hexagone.

En préambule, le président Jérôme Seydoux a eu quelques mots pour Netflix. “Il ne faut pas avoir peur de cette plateforme. La salle a un avenir, de par sa différence, à condition qu’elle fasse tout pour attirer et garder le spectateur. Il faut que tout le monde s’implique, car dans le cinéma, on gagne ensemble et on perd ensemble.” A ensuite été présentée la nouveauté de cette convention : la possibilité pour le public de Paris, Lyon, Marseille, Metz, Toulouse et Rennes de poser des questions et réagir en temps réel tout au long de la journée via l’application Beekast. S’en est suivie la projection du Gendre de ma vie, nouveau film de François Desagnat après Adopte un veuf. La comédie, qui rassemble Kad Merad, Julie Gayet, François Deblock ou encore Pauline Étienne, sortira le 19 décembre et sa campagne dévoilée dès la rentrée au Congrès des exploitants. Après un échange avec l’équipe du film et un passage par le buffet, tout le petit monde s’est retrouvé pour les principales annonces de l’après-midi. “Depuis 2008, Pathé a entrepris de restaurer et de numériser une partie de son catalogue. Plus de 100 films ont été restaurés, dont 20 cette année”, a indiqué Tessa Pontaud, responsable patrimoine films. De son côté, Henri Demoulin, le DGA Ventes France, a évoqué Claude Berri, dont 20 films seront à la disposition des exploitants dès le mois de janvier.

Un éclectisme ambitieux

Sébastien Careil, directeur marketing, a présenté un line-up renforcé “après un été calme pour Pathé”. Le public a ainsi pu découvrir des images de The Little Stranger, thriller fantastique d’ambiance de Lenny Abrahamson (26 septembre), et Loro (titre provisoire) de Paolo Sorrentino, biopic fantasmé de Silvio Berlusconi (31 octobre). Puis l’accent a été mis sur une sélection 2019 “véritablement éclectique”. 10 ans après LOL, Lisa Azuelos propose une fausse vraie suite avec Sandrine Kiberlain et Thaïs Alessandrin dans Mon bébé, que les exploitants ont pu apercevoir à travers quelques images issues des premiers jours de tournage. Deux films de réalisateurs “maison” sont programmés pour le 1er semestre 2019 : Benedetta du sulfureux Paul Verhoeven, avec Virgine Efira, Charlotte Rampling et Lambert Wilson, en tournage à la fin du mois, et Douleur et Gloire de Pedro Almodóvar, “sorte de film miroir sur Pedro et l’héritage de son cinéma”. Let’s Dance, premier film de Ladislas Chollat, fera se rencontrer, le 19 juin 2019, la danse hip-hop et classique ; Proxima d’Alice Winocour montrera Eva Green en astronaute tiraillée entre son rêve d’espace et sa fille de 7 ans ; et Judy de Rupert Goold s’intéressera à une période de la vie de Judy Garland, incarnée par Renée Zellweger. Sébastien Careil a par ailleurs mentionné Le Prince oublié de Michel Hazanavicius, prévu pour le 29 janvier 2020, dont le tournage débutera en août. Enfin, pour la première fois, Pathé proposera deux films d’animation : La Fameuse Invasion des ours, fable artistique de Lorenzo Mattotti, sorte de “Miyazaki européen”, dont on a pu voir les premières minutes, et Playmobil, le film, une aventure à travers différentes époques, plus “mainstream” que La Grande Aventure Lego, dévoilé dans un teaser et deux extraits.

Immersion inédite en 2019

Mais le principal événement de ce line-up était la présentation du très attendu Chant du loup,projet pharaonique” signé Antonin Baudry et produit par le duo Alain Attal et Hugo Sélignac, daté au 20 février 2019. Fasciné par une première expérience dans un sous-marin, le réalisateur a eu une deuxième opportunité “de 40 jours et 40 nuits au cours desquels j’ai écrit le film”. Film d’action ambitieux “qui avait un peu déserté le cinéma français”, soulignent les producteurs, cette fiction, qui se veut aussi une véritable immersion sonore, réunit Omar Sy, Reda Kateb, Mathieu Kassovitz ou encore François Civil. Le prologue du film “brut de décoffrage” diffusé pendant la convention a tenu en haleine un public qui n’a pas caché son impatience de le découvrir dans son intégralité. La journée s’est achevée avec la projection d’Alad’2 de Lionel Steketee, fer de lance du deuxième semestre 2018 pour Pathé, daté au 3 octobre. Et entre deux clowneries d’Eric Judor et Jamel Debbouze, présents à la fin du film, le producteur Daniel Tordjman a clairement affiché l’ambition de “faire mieux que Les Nouvelles Aventures d’Aladin” (près de 4,5 millions d’entrées en 2015). Et mieux que Raid Dingue en 2017 ?

Photo à la une : L’équipe d’Alad’2 ©Tanguy Colon

Les News