Maternelle et cinéma sera généralisé à la prochaine rentrée

Komaneko le petit chat curieux, programme de courts pour les 3-6 ans, est au programme de Maternelle et cinéma. © Gebeka

Lors des rencontres nationales de Passeurs d’images, le CNC a confirmé que le dispositif scolaire, en expérimentation depuis six ans, sera étendu aux élèves de maternelle de l’ensemble du territoire.

La ministre de la Culture l’avait annoncé au Congrès de la FNCF, Julien Neutres l’a confirmé le 19 novembre à Marseille : le dispositif en expérimentation, qui a concerné 123 000 élèves de maternelle dans 38 départements en 2019/20, va être généralisé à la rentrée prochaine. Les inspecteurs de l’Éducation nationale ont en effet rendu leur rapport d’évaluation, sur lequel s’appuiera le CNC pour encadrer le dispositif. Le directeur des territoires et des publics du Centre a précisé qu’une attention particulière sera portée aux petites sections. « Une commission sera chargée de sélectionner les films en fonction des âges précis à partir desquels ils peuvent être vus, en donnant des garanties à l’Éducation nationale, très sensible sur ce point. Nous ferons d’abord appel aux distributeurs pour enrichir le catalogue, mais si on manque de films pour les tout-petits, le CNC n’exclut pas de lancer un appel à projets à la création ». Reste à connaître les moyens qui seront alloués au dispositif, les actions en maternelle ayant été menées jusqu’ici sur les budgets d’École et cinéma.

Par ailleurs, certaines préconisations de l’Éducation nationale soulèvent des interrogations. Dans leur rapport sur Maternelle et cinéma, les inspecteurs mentionnent qu’il faudrait « inciter le CNC à permettre le visionnement en classe », sans préciser s’il s’agit de films ou d’extraits, ni s’il s’agit de revoir un film déjà vu en salle, sachant que chez le tout-petit, le travail passe par la répétition. Pour Passeurs d’images, qui a repris la coordination de l’expérimentation en même temps que celle d’École et Collège au cinéma, il est clair que le principe fondateur de tous les dispositifs scolaires, réaffirmé tout au long de ces journées* par le délégué général Patrick Facchinetti, reste la découverte des films en salles. Un principe défendu main dans la main avec les exploitants, dont les représentants ont salué de leur côté l’officialisation, « enfin », de Maternelle et cinéma. Le président de la FNCF, qui était à Marseille aux côtés d’Aurélie Delage de la commission éducation, a réaffirmé combien « l’éducation auX cinémaS est une priorité majeure », à la fois pour apprendre à se rendre dans « les lieux qui diffusent les images toute l’année, mais aussi pour ouvrir aux cinémas de la diversité ». Richard Patry a en outre indiqué que la FNCF va demander, officiellement en cette période pré-électorale, que « TOUS les jeunes Français soient confrontés le temps de leur scolarité à l’éducation aux cinémas : c’est fondamental pour former notre public de demain, mais aussi pour former tous nos concitoyens à la lecture des images ». 

*Les Rencontres nationales de Passeurs d’images ont réuni, du 17 au 20 novembre dans les Bouches-du-Rhône, près de 300 coordinateurs venus de tous les territoires. Compte-rendu à lire dans le magazine Boxoffice Pro du 1er décembre 2021.