Le marketing digital sous toutes ses coutures

STUDIOSHOW 2019 – L’avènement du digital a largement bousculé la manière de communiquer autour d’un film et le traitement des données sur les spectateurs. Adrien Chabal, directeur général adjoint de Webedia Movies Agency, et Benjamin Touboul, directeur général de Silenzio, donnent leurs clés pour appréhender l’univers du marketing digital.

« Le digital est au départ un catalyseur basé sur le bouche à oreille, avec un consommateur qui devient de plus en plus partie prenante dans le processus », explique Adrien Chabal chez Webedia Movies Agency. « Le marketing digital offre beaucoup d’avantages ! D’abord, il permet d’envisager un niveau de couverture sur cible exceptionnel, puisque près de 85 % de la population française est connectée, ce qui correspond à 45 millions de Français par jour. Ensuite c’est un média toujours plus adapté à la diffusion de contenus vidéos, qui sont cruciaux pour la promotion des films. Enfin, c’est un environnement sur lequel on peut obtenir des coûts et contacts très intéressants. La difficulté est que, même si les choses continuent d’évoluer dans le bon sens, les offres publicitaires sont extrêmement nombreuses, et il est important de faire le tri », ajoute Benjamin Touboul, directeur général de Silenzio.

« Le marketing digital permet d’envisager une couverture sur cible exceptionnelle. Près de 85 % de la population française est connectée, soit 45 millions de Français par jour. »

Benjamin Touboul, DG de Silenzio

« De notre côté, nous proposons des dispositifs orchestrés sur les sites exploitants, comme ceux de Pathé Gaumont, CGR et des cinémas indépendants, ainsi que sur AlloCiné, média historique du cinéma qui rassemble 15 millions de visiteurs uniques et bénéficie d’une forte présence sur les réseaux sociaux, pour positionner des films auprès du public. Cela passe par la vidéo avec du contenu social, du community management, des dispositifs d’achats médias et par l’influence », illustre Adrien Chabal.

« Facebook et Instagram constituent une excellente caisse de résonance pour les contenus cinéma. De manière générale, la beauté du digital, c’est le côté viral. »

Adrien Chabal,
DGA de Webedia Movies Agency

L’impact des réseaux sociaux est aujourd’hui incontournable pour l’influence. « Facebook et Instagram sont inscrits dans le quotidien de la majeure partie de la population en France et en Europe et constituent une excellente caisse de résonance pour les contenus cinéma. De manière générale, la beauté du digital, c’est le côté viral. D’autres réseaux, comme Snapchat et Tiktok, émergent. Il y a de plus en plus d’audiences à aller chercher là-bas, notamment chez les plus jeunes », ajoute-t-il. Silenzio dresse un constat similaire : « Nous utilisons principalement Facebook, Instagram, Twitter, Snapchat et Pinterest. Facebook conserve l’avantage de l’audience massive en vue d’optimiser la couverture et la répétition sur cible. Les performances y sont également très intéressantes pour diffuser nos contenus. », affirme Benjamin Touboul.


L’intégralité de notre dossier consacré au marketing digital est à retrouver dans le Boxoffice n°370 spécial StudioShow du 26 juin.