Le CNC et le ministre de la Culture défendent le modèle français et la salle à Cannes

Frédérique Bredin lors du rendez-vous du CNC. ©Tanguy Colon

Frédérique Bredin et Franck Riester se sont exprimés dans le cadre du rendez-vous du CNC à Cannes.

Frédérique Bredin, dans son discours, a mis l’accent sur la force du cinéma français dans le monde. « La France est le pays qui aime et soutient les cinémas du monde entier. Il y a quelques jours, les plus grands cinéastes ont signé une tribune pour soutenir notre exception culturelle. Sans la France, sans son modèle de financement et cette protection des créateurs, nos œuvres ne pourraient exister ». La présidente du CNC s’est ensuite longuement exprimée sur la pérennité du modèle français face à la montée des plateformes de vidéo à la demande. « L’enjeu, c’est l’équité fiscale entre tous les acteurs. Il s’agit de défendre la création indépendante et la place des auteurs, des réalisateurs, des producteurs dans leur créativité et dans leur métier pour éviter que notre cinéma, le premier d’Europe, ne devienne qu’une simple industrie de sous-traitance au service des géants du net ». Frédérique Bredin s’est ensuite félicitée que le festival ait fait le choix de démocratiser l’amour du septième art auprès du grand public. « Aimer le cinéma, c’est aussi défendre les salles. Pour la première fois, la cérémonie d’ouverture et le film ont été diffusés en direct dans près de 600 salles à travers le territoire. Nous voulions que le grand public soit vraiment associé en même temps que tous les festivaliers ».

Le ministre de la Culture Franck Riester au rendez-vous du CNC à Cannes. ©Tanguy Colon

Le ministre de la Culture, de son côté, a aussi insisté sur l’importance de la salle. « En offrant des expériences communes et des émotions partagées, les salles de cinéma nous aident à vivre ensemble. Il convient de réaffirmer l’importance de la salle dans une société fracturée ou l’isolement et la solitude gagnent du terrain. Notre réseau de salles est le premier d’Europe. Soyons-en fiers et dignes. Je veux que nous puissions l’accompagner encore et toujours dans sa modernisation et son développement. Je veux accompagner nos salles Art et Essai qui en représentent plus de la moitié et dont les exploitants sont les héros très discrets de notre exception culturelle. » Franck Riester a aussi évoqué le rapport Boutonnat et les mesures mises en place suite à sa publication. « Le président de la République a décidé de mettre en place un fonds public d’investissement en capital pour les industries culturelles et créatives à la hauteur de 225 millions d’euros. Une fraction substantielle de ce fonds sera dédié aux producteurs et distributeurs de l’image animée », a-t-il dévoilé.

Les News