La production des films français reste à un niveau élevé en 2019

J'irais où tu iras de Géraldine Nakache ©Mars Films

Le CNC dévoile son étude annuelle sur la production cinématographique française, celle de 2019 affichant le niveau le plus élevé de la décennie.

301 films agréés ont été produits en 2019, un de plus sur un an, pour 1 116,62 millions d’euros investis, dont 240 titres d’initiative française. Des chiffres qui placent l’année 2019 au plus haut niveau de ces dix dernières années. L’animation compte cinq productions agréés (comme en 2018), tandis qu’avec 56 titres d’initiative française au total, le documentaires affiche son meilleur chiffre depuis plus de 25 ans. 

116 coproductions, soit 38,5 % des films agréés, ont été réalisées avec 35 pays différents ; parmi celles-ci, 47,4 % sont des coproductions majoritaires. L’année a été marquée par l’augmentation des œuvres au devis inférieur à 4 millions d’euros : de 148, leur nombre est passé à 161, 74 d’entre eux ayant même un devis de moins d’un million d’euros. Le devis moyen des films d’initiative française diminue de 6,8 % par rapport à 2018 pour atteindre 3,76 millions d’euros l’an passé. Depuis une décennie, ce devis diminue en moyenne de 4,1 % par an.

Le nombre de films sans financement des chaînes TV augmente

L’une des baisses les plus notables se situe dans l’investissement des chaînes de télévision dans les films agréés, qui diminue de 3 % pour s’établir à 273,24 millions d’euros répartis sur 171 titres (quatre de moins qu’en 2018). Les chaînes payantes ont investi 151,65 millions d’euros (-5,5 %) dans 160 films (quatre de moins également), tandis que l’investissement des chaînes en clair reste stable (+0,3 %) à 121,59 millions d’euros, ces dernières ayant coproduit et préacheté 108 œuvres l’an passé (huit de moins qu’en 2018). À noter que le nombre de titres sans financement de chaînes de télévision augmente en 2019 à 130 films agréés, soit le plus haut niveau de la décennie (cinq de plus qu’en 2018). 36,3 % des films d’initiative française se produisent sans chaîne de télévision, soit 87 films. 

Source : CNC

Des tournages sur le territoire en hausse et des soutiens en baisse

L’an passé, les fictions françaises agréées ont totalisé 6 115 jours de tournage, soit 131 de moins qu’en 2018. Si le nombre de jours de prises de vue à l’étranger est en baisse (-236), celui sur le sol français augmente de 2,2 % pour atteindre 4 827 jours contre 4 722 en 2018. Une progression qui concerne aussi bien les tournages en décors naturels (+80) que ceux en studios (+25). 

En parallèle, les financements publics à destination des œuvres d’initiative française (soutien automatique et soutiens sélectifs du CNC + aides régionales) diminuent de 8,1 % pour s’établir à 81,62 millions d’euros. Les soutiens du CNC (automatique et sélectifs) et ceux des régions reculent respectivement de 7,3 % (59,72 millions d’euros) et de 10 % (21,90 millions). Par ailleurs, les mandats d’exploitation (distribution en salles, édition vidéo, exploitation à l’étranger) atteignent 130,28 millions d’euros (-11 % par rapport à 2018) pour 236 films.


> L’intégralité de l’étude est à retrouver ici.
> L’étude sur les coûts de production des films d’initiative française ayant reçu l’agrément de production en 2019 est disponible ici.

Les News