La CICAE réclame des règles de sélection “universelles” pour les festivals

logo CICAE

À la veille de l’ouverture de la Mostra de Venise, la Confédération Internationale des Cinémas Art et Essai a publié un appel enjoignant l’ensemble des festivals à adopter des règles de sélection communes et équitables.

« Les sections compétitives des festivals de cinéma, surtout s’ils sont financés par des fonds publics, devraient accorder leur juste place à tous types de films », a déclaré Christian Bräuer, président de la CICAE. « Il est difficile de comprendre pourquoi les sociétés Big Tech ne sont pas priées de se conformer aux mêmes règles que celles suivies depuis des décennies par d’autres studios, producteurs et cinémas. Il est particulièrement inquiétant de voir le Festival de Venise accueillir inconditionnellement une société de streaming dont la mission est décrite par ses partenaires comme celle d’une “domination mondiale” . »

Dans son communiqué, la CICAE se réfère au changement radical du monde du cinéma . « Ces dernières années ont été marquées par une concentration sans précédent des puissances du marché. (…) Si quelques sociétés monolithiques peuvent diriger la manière dont les films sont fabriqués et vus, nous y perdons tous en tant que public. La “dictature de l’algorithme”, comme l’a récemment énoncé Alejandro G. Iñárritu, constitue une menace réelle pour la diversité culturelle et le cinéma lui-même. »

Pour la CICAE, la préservation de la diversité de la production et fréquentation cinématographiques passe par l’établissement d’un ensemble de règles précises dans les festivals, respectés par tous les acteurs du secteur. « L’une de ces règles doit exiger une sortie en salle réelle et à grande échelle pour les films qui souhaitent participer à des sections de compétition », estime Christian Bräuer.

Pour finir, la Confédération a souligné l’importance d’établir des objectifs clairs en matière de parité:  « Nous demandons à tous les festivals de ne pas se contenter de signer l’engagement 50×50, mais de se demander constamment s’ils en font assez pour concrétiser cet engagement. Les mots ne suffisent pas. Aucune compétition ne devrait inclure plus de films de plateformes de streaming que de films réalisés par des femmes. »