En 2019, les films d’animation affichent de belles couleurs

Minuscule 2 ©Le Pacte

En parallèle d’Annecy Online, le CNC vient de dévoiler son étude annuelle sur l’animation en France. 

L’animation se porte bien, et notamment la filière française. Dix longs métrages ont ainsi été agréés l’an passé contre sept en 2018. C’est, avec les exercices 2011 et 2016, le deuxième plus haut niveau atteint depuis les douze films de l’année 2013. Sur ces dix titres, deux ont entièrement été produits en France : Josep d’Aurélien Froment et Les Voisins de mes voisins sont mes voisins d’Anne-Laure Daffis et Léo Marchand. Douze millions d’euros sont nécessaires en moyenne pour réaliser un film d’animation, une somme qui monte à 12,5 millions sur l’ensemble de la décennie. À titre de comparaison, les fictions coûtent en moyenne 5,3 millions d’euros et les documentaires 1 million. 

52 longs métrages d’animation ont été distribués en salles en 2019 (7 % de l’ensemble des films inédits sortis), soit 16 de plus qu’en 2018. Parmi eux, neuf étaient disponibles en 3D et 26 ont bénéficié d’une recommandation art et essai, soit le plus haut niveau des dix dernières années. 17 films inédits ont connu une sortie nationale dans plus de 500 salles, dont onze américains et un français : Minuscule, les mandibules du bout du monde (Le Pacte). En parallèle, 19 titres sortent sur moins de 100 écrans dont sept sur une combinaison inférieure à 50 copies. En moyenne, un film d’animation est distribué dans 317 cinémas (21 de moins qu’en 2018), un titre d’animation français dans 299 salles, sur 179 écrans s’il est recommandé art et essai contre 458 s’il ne l’est pas. En 2019, 32 distributeurs ont sorti 52 films d’animation inédits. Les trois premiers en termes de recettes sont The Walt Disney Company avec 39,5 % de part de marché, Universal avec 24,4 % et Warner Bros. avec 6,4 % ; à eux trois, ils ont distribué 19,2 % des films d’animation en première exclusivité.

Les 10 premiers distributeurs de films d’animation en première exclusivité en 2019* :

RangDistributeurPart de marche (%)Films distribués
1The Walt Disney Company39,54
2Universal24,44
3Warner Bros.6,42
4Paramount3,71
5Apollo Films2,21
6Sony Pictures1,91
7Le Pacte1,91
8StudioCanal1,91
9Wild Bunch1,92
10Pathé Films1,72
*En termes d’encaissements distributeurs. Source : CNC.

52 films sortis en 2019, mais pour quels résultats en salles ? Avec 32,9 millions d’entrées (+35,4 % par rapport à 2018), les longs métrages d’animation génèrent 17,2 % des entrées de l’ensemble des films inédits de l’année, soit le niveau le plus haut de la décennie après 2016 (17,6 %). Cette augmentation s’accompagne d’une progression des recettes (+40,7 %) à 206,4 millions d’euros. Trois des dix plus grands succès de l’année sont des films d’animation : La Reine des neiges II (6,7 millions d’entrées, 3e au classement 2019 tous genres confondus), Toy Story 4 (4,5 millions d’entrées, 6e) et Dragons 3 : le monde caché (3,4 millions d’entrées, 8e).

Astérix et le secret de la potion magique ©SND

Quel bilan sur la période 2010-2019 ?

344 films d’animation inédits sont sortis sur les écrans (5,2 % de l’ensemble des films sortis sur la période) dont 81 titres français, 115 américains, 79 européens non français et 69 d’autres nationalités. Sur la décennie, 158 longs métrages ont été recommandés art et essai, soit 45,9 % de l’ensemble. Concernant les combinaisons de sortie, 33,1 % des titres d’animation sortent sur plus de 500 écrans quand 16,9 % sont distribués dans moins de 50 cinémas. En moyenne, un long métrage d’animation sort dans 345 salles en première semaine, un titre français sur 294 copies et un américain sur 609 copies. Enfin, s’agissant des œuvres art et essai, elles sortent en moyenne sur 148 écrans contre 513 pour les films non recommandés. À noter que 72 distributeurs ont accompagné les 344 long métrages d’animation sortis sur la période. Eurozoom, The Walt Disney Company, Gebeka Films et 20th Century Fox en ont distribué plus de 20 chacun et ont représenté 31,4 % des films projetés pour la première fois en salles entre 2010 et 2019.

Sur la décennie, les titres d’animation ont réalisé plus de 289 millions d’entrées et près de 1,80 milliard d’euros de recettes. Sur la période, la part de marché des films d’animation américains s’élève à 77,2 % des entrées, contre 12,7 % pour les œuvres françaises, 7 % pour les titres européens non français et 3,2 % pour ceux d’autres nationalités. Astérix et le secret de la potion magique (SND) d’Alexandre Astier et Louis Clichy est, avec 3,96 millions d’entrées fin 2019, le seul film français à figurer parmi les vingt premiers succès au box-office, tous américains.

Le bilan complet est à retrouver ici.