La FNCF demande un délai de mise en œuvre du pass sanitaire

[Mis à jour le 15 juillet à 15h00]

La Fédération nationale des cinémas français réagit officiellement aux annonces du président Macron et revendique un principe d’équité pour tous les secteurs accueillant du public. Ce 15 juillet, elle saisit le Conseil d’État d’une requête en référé liberté avec l’AFCAE, l’ACID, l’UPC, le SPI, le DIRE, l’API et la FNEF.

« Bien que les salles de cinéma soient pleinement solidaires et mobilisées dans la lutte contre la Covid, elles sont aujourd’hui stupéfaites du très bref délai qui leur est alloué dans la mise en place du pass sanitaire. Cette situation représente une rupture d’égalité manifeste vis-à-vis des autres secteurs comme les restaurants, les commerces ou les transports » exprime la FNCF dans son communiqué du 14 juillet.

Comme le soulignait son délégué général la veille, la mise en œuvre de cette mesure « discriminante et précipitée » soulève d’innombrables questions : « responsabilité des salariés des salles de cinéma, responsabilité des entreprises et des spectateurs, sanctions applicables, mesures d’ordre public, statut des salariés, coût et processus opérationnel de vérification, etc », alors que les salles de cinémas ont moins de 8 jours pour mettre en place l’opération qui, pour rappel, leur est imposée dès le 21 juillet alors que d’autres lieux recevant du public ont plusieurs semaines de délai pour s’organiser.

Si le Ministre de la santé Oliver Véran a déjà annoncé que les 12-17 ans seraient exemptés du pass sanitaire jusqu’au 30 août, et que ce même délai s’appliquera aussi aux salariés des établissements recevant du public, les cinémas déplorent que « les autorités sont à ce stade silencieuses ». D’après les mots du président de la République, on peut déduire – comme précisé par la FNCF à ses adhérents – que les cinémas pourront accueillir du public sans pass sanitaire s’ils limitent leur jauge à 50 personnes par salle et non pas par établissement ; mais l’impact de la mesure sur la fréquentation suscite bien sûr la plus grande inquiétude.
La FNCF souligne en effet que l’instauration de ce pass « vient briser la dynamique de reprise de notre activité et les perspectives économiques favorables du second semestre, indispensables après la longue fermeture des salles de cinéma ». 

Ainsi la Fédération  « demande au Gouvernement de reporter la mise en œuvre du pass sanitaire en alignant à minima la date de cette mesure pour tous les secteurs accueillant du public. Cette adaptation favorisera la clarté, l’acceptabilité et la transparence pour nos spectateurs et respectera un principe d’équité indispensable pour toutes les activités accueillant du public ». Et pour finir, à l’instar de la SACD qui ira devant le Conseil d’État si aucun délai supplémentaire n’est accordé aux lieux de culture, la FNCF « précise qu’elle exercera toutes les voies de recours qui lui sont offertes si cela s’avère nécessaire ».

Les News